Dossier : "Prévention de la pénibilité au travail : enjeux, facteurs et opportunités d’amélioration"

Les champs marqués d'une * sont requis.

Télécharger gratuitement le dossier

 

Dès le 8 juillet, le Premier ministre Edouard Philippe a informé les partenaires sociaux des mesures de simplifications concernant le compte personnel de prévention de la pénibilité. Si les décrets, qui viendront préciser un certain nombre de dispositions, sont encore attendus, les ordonnances du 22 septembre permettent d’y voir plus clair sur le nouveau Compte Professionnel de Prévention (C2P), qui vient remplacer le Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité (C3P).

Outre encourager la prévention, l’objectif du C3P était de rééquilibrer les situations, en matière de départ à la retraite, entre les salariés non exposés à des facteurs de pénibilité et les autres. L’employeur, qui a une obligation de prévention de la pénibilité au travail « quels que soient la taille de l’entreprise, son statut juridique et ses activités » devait établir une déclaration, et mettre en place un Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité (C3P) permettant au salarié exposé de cumuler un par trimestre d’exposition à un facteur. Si la logique reste peu ou prou la même avec le Compte Professionnel de Prévention (C2P), un certain nombre de modifications et de simplifications devraient être appliquées.