Projet de loi fonction publique: la médecine du travail par voie d’ordonnance

Le projet de Loi  Fonction Publique est examiné par l’ Assemblée nationale entre le 13 et le 23 mai 2019. Le Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Action des Comptes publics Olivier Dussopt a retenu la voie de l’ordonnance, au nom du « délai nécessaire aux réflexions et aux expertises en cours » et pour « permettre le travail de concertation avec les parlementaires et les syndicats »pour l’application de certains articles.

Parmi les articles concernés : l’article 17, qui prévoit de revoir les règles relatives à la protection sociale des fonctionnaires, notamment la couverture complémentaire en matière de prévoyance (participation financière des employeurs publics), le fonctionnement de la médecine du travail, les congés et positions statutaires liées à des raisons de santé y compris le temps partiel pour raison thérapeutique.

 Pour en savoir plus: La Gazette des Communes

Challenge Initiatives Handicap : la logique inclusive de Mission Handicap & Emploi SNCF

À l’occasion de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, le challenge initiatives handicap a amorcé un changement dans le regard porté à nos concitoyens en situation de handicap ♿️.


Ce ne sont pas moins de 200 initiatives qui ont été présentées selon quatre champs d’actions possibles :
– recrutement et intégration de collaborateurs handicapés
– aménagements ayant permis le maintien dans l’emploi de salariés en situation de handicap
– actions de sensibilisation sur le thème du handicap au travail
– actions favorisant l’accessibilité

Le dispositif n’est pas seulement innovant et exemplaire en ce qu’il permet une égalité des chances face au travail, mais compte bouleverser nos perceptions en profondeur pour permettre, en aval, une généralisation de la pratique d’inclusion.

Nous sommes heureux d’accompagner les équipes de la SNCF qui oeuvrent chaque jour pour le maintien et l’insertion dans l’emploi des personnes en situation de handicap.

 

Pour en savoir plus, l’article à lire du Handirect

Un nouveau risque au travail identifié : le trop plein d’informations

Les écrans et le flot d’informations qui les accompagnent ont désormais envahi notre vie professionnelle.

Ce trop plein d’informations constitue un nouveau risque identifié au travail, comme l’atteste le sondage Opinion Way commandé par le Cabinet Eleas, un spécialiste des risques dits psycho-sociaux.

Il est question d’un nouveau facteur de risque psycho-social, au même titre que le harcèlement ou les conflits. Mais alors que les entreprises n’y voient qu’un changement dans les outils de travail, les experts, eux, mettent en garde ⚠️

Beaucoup des salariés interrogés se sentent débordés par ce flot d’informations et estiment ne pas avoir assez de temps pour tout traiter.

➡️ En savoir plus : FranceTVInfo

Le rapport de l’OIT qui met en lumière les nouveaux problèmes de SST

Alors que se déroulera le 28 avril la Journée mondiale pour la Santé et la Sécurité au Travail, l’OIT qui fête également ses 100 ans, publie un rapport sur les évolutions de la santé et la sécurité au travail au cours du siècle passé.

Selon ce rapport, les changements dans les pratiques de travail, la démographie, la technologie et l’environnement créent de nouvelles préoccupations pour la sécurité et la santé au travail (SST). On trouve parmi des défis grandissants : les risques psychosociaux, le stress lié au travail et les maladies non transmissibles, notamment les maladies circulatoires et respiratoires, ainsi que les cancers.

Et en la matière, les spécialistes s’accordent à dire que, pour surmonter ces nouvelles mutations, il convient d’abord de connaitre les risques liés au numérique, de prendre en compte les changements démographiques et climatiques, sans occulter l’enjeu central : les modifications de l’organisation du travail.

Ces considérations sont déterminantes et auront des répercussions considérables quand on sait que chaque année, plus de 374 millions de personnes sont blessées ou tombent malades dans des accidents liés au travail. Ce rapport a d’ailleurs estimé que le coût des journées de travail perdues pour des motifs liés à la SST représente près de 4% du PIB mondial, et dans certains pays, jusqu’à 6% du PIB.

Pour en savoir plus : le rapport la sécurité et la santé au coeur de l’avenir au travail: mettre à profit 100 ans d’expérience  

et l’article de l’OIT.