[BREVE] Travailler trop (et trop longtemps)nuit au bien-être… et à la carrière ! (étude)

Paru dans la revue Industrial and Labor Relations Review, cet article de recherche est basé sur l’étude des deux dernières enquêtes européennes sur les conditions de travail menées sur un échantillon de 51 895 Européens entre 2010 et 2015.

Constat : un temps de travail allongé, et a fortiori une forte intensité de travail, ont un impact négatif sur le bien-être, mais également sur la carrière. Et ce, autant chez les « cols blancs » que des « cols bleus ».

Consulter l’article : ici 

En vidéo 

[BREVE] La dépression, un tabou dans le milieu professionnel (sondage)

Selon l’étude Odoxa pour le laboratoire Lundbeck, menée en ligne, la dépression est désormais davantage vue comme « une maladie qui nécessite un accompagnement médical et psychologiques » (76%) que comme « un état d’esprit pessimiste dont on peut sortir par la volonté ».

Cependant, elle reste tabou au sein de l’entreprise. En effet, 58% des répondants ont affirmé qu’ils en parleraient avec la médecine du travail, seulement 22% le feraient avec leurs collègues, 19% avec leur supérieur hiérarchique, et 17% seulement avec leur DRH.

Par ailleurs, 56% ont répondu que la pression au travail en serait la cause principale et 62% ont pointé du doigt les problèmes de management. Enfin, pour 57% des répondant, la dépression laisserait des séquelles, et les personnes touchées sont considérées (à tort) comme plus « fragiles ».

 

Plus d’infos :

Un Français sur deux est concerné de près par la dépression

[BREVE] Les troubles mentaux au premier rang dans les centres de consultation de pathologies professionnelles

Selon le rapport d’activité 2016 du Réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (rnv3p), qui regroupe l’ensemble des centres de consultation de pathologies professionnelles (CCPP), les troubles mentaux et du comportement arrivent au premier rang des problèmes de santé au travail (22% des consultations), avant les troubles musculo-squelettiques (19%) et les tumeurs malignes (14%).

Les principaux secteurs touchés par les pathologies professionnelles sont l’industrie, la construction et la santé. On retrouve davantage, dans les deux premiers de cancers (24% et 32%) et de maladies de l’appareil respiratoire (27,5% et 25%), alors que dans le secteur de la santé il s’agit plutôt de pathologies psychiques (40,2%), de troubles musculo-squelettiques (28,6%) ou encore de maladies de la peau et du tissu cellulaire sous-cutané (18,7%).

Plus d’infos

 

[BREVE] Des consignes pour promouvoir la QVT dans les Ehpad

Une instruction de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) adressée aux Agences régionales de santé, a présenté le plan d’action relatif au déploiement d’une stratégie de promotion de la qualité de vie au travail (QVT) dans les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et les établissements qui accueillent des personnes handicapées.

Une initiative qui fait suite aux mouvements qui ont ébranlés de nombreux établissements médico-sociaux en début d’année. Le document souligne notamment la « complexité accrue de l’exercice de leurs métiers » du fait de l’ « alourdissement de la charge en soins des personnes accueillies » et de la « participation et attentes plus importantes des personnes accompagnées et de leurs familles ».

Elle renvoie également à la synthèse des travaux de la commission nationale pour la QVT dans les Etablissements médico-sociaux mené de novembre 2017 à avril 2018 sur le site du Ministère des Solidarités et de la Santé.

En savoir plus

L’instruction : ici

[BREVE] Le gouvernement lance une mission pour comprendre et enrayer la hausse des arrêts maladie

Confiée à Jean-Luc Bérard, DRH de Safran et Stéphane Seiller, conseiller-maître à la Cour des comptes, la mission annoncée par le Premier ministre Edouard Philippe, vise à proposer aux pouvoirs publics et aux partenaires sociaux des solutions pour remédier à la hausse des arrêts maladie en France.

Les conclusions devront être rendues à la fin de l’année, avec un point d’étape en octobre. Selon les résultats du 10e baromètre de l’Absentéisme® (étude réalisée en partenariat avec AG2R LA MONDIALE), l’absentéisme serait reparti à la hausse en 2017 (4,72%, contre 4,59% en 2016, soit 17,2 jours d’absence par an et par salarié).

Le communiqué de presse sur l’étude quantitative Ayming-AG2R LA MONDIALE : ici

Voir aussi l’article du site des Editions législatives : En savoir plus